jeudi 14 mai 2020

JDN - Amal Ali Ammar-Chatelus : Le design éthique,
pour un design respectueux de l'Homme et de la nature

JDN - Amal Ali Ammar-Chatelus : Le design éthique,  pour un design respectueux de l'Homme et de la nature

Les questions environnementales sont largement débattues dans la sphère publique et sont devenues de forts enjeux politiques et économiques. Les citoyens, en particulier les plus jeunes d'entre nous, sont également plus soucieux des conditions de production et du caractère équitable des transactions. Dans le monde du digital, les marques doivent s'y adapter. Le design éthique vient alors comme une évidence.

L’éclosion de logos verts ne suffit plus à convaincre le consommateur. Le virage vert ou plutôt durable, englobant les problématiques environnementales et sociales, s’est invité dans de nombreux pans de l’économie (énergie, transport, mode et habillement, agro-alimentaire).

Comment les professionnels du digital peuvent-ils accompagner les marques vers une conception de sites et d’applications qui soit plus éthique et ainsi les aider à répondre à cette demande grandissante de la part des consommateurs ?

Si la finalité éthique des projets ou l’inclusive design en font partie, il est aussi et surtout possible d’engager une approche éthique par et dans sa pratique, à la fois plus respectueuse de l’Homme et de son environnement. Les 3 orientations suivantes pourront guider alors cette pratique : la transparence, le design attentionnel, le design durable.

La transparence 

Dans le design éthique, les messages à destination de l’utilisateur ne doivent souffrir d’aucune ambiguïté dans les motivations sous-jacentes ou la véracité des informations. Les objets de l’interface (bouton d’action, étapier) et leur dénomination sont là pour aider l’utilisateur à faire son choix et à anticiper le résultat de ses actions.

Parmi les dérives, le greenwashing est à la mode. Certaines firmes se refont une virginité à coup de pantone vert et de mise en perspective flatteuse de leurs dernières actions en matière de développement durable ou de commerce éthique, parfois factuellement anecdotiques. Si des actions d’envergure ont effectivement été engagées, les communications seront d’autant plus percutantes et convaincantes qu’elles seront agrémentées des sources qui permettront à l’utilisateur de vérifier par lui-même les garanties données. Dans le secteur de l’habillement (une des industries les plus polluantes et les moins regardantes en matière de conditions de travail), même les grandes firmes de la "fast-fashion" développent des collections éco-responsables et affichent un code de conduite dans le choix et l’audit de leurs sous-traitants, mis en exergue dans leurs sites web. Pour mesurer le chemin parcouru, citons l’application "Good on You" qui attribue un score à ces marques en fonction du respect de 3 critères que sont : les conditions de travail, le respect de l’environnement et enfin le bien-être animal.

Même si les cases à cocher sélectionnées par défaut et au détriment du porte-monnaie ont été combattues par la législation, nous ne sommes pas non plus à l’abri des "dark patterns". Certains concepteurs maîtrisent les lois de la perception pour les détourner vers leurs sombres designs/desseins. Quiconque a déjà ferraillé pour fermer un pop-up promotionnel, cherché désespéramment le numéro du service client ou été dissuadé par une police infra-lisible a bien été frappé par un dark pattern ! Tout l’inverse d’un design éthique et transparent.

Design attentionnel 

Les ressources naturelles sont limitées, il en va de même de nos ressources attentionnelles.

Tout praticien UX a à cœur de minimiser la charge cognitive de l’utilisateur final pour lui faciliter littéralement la tâche. Avec le design attentionnel, il s’agit d’aller au-delà car notre utilisateur évolue dans un espace saturé en informations et où il est bombardé de notifications. On économisera son attention en lui offrant :

  • Le service opportun
  • La bonne information au bon endroit au bon moment, ou qui se déploiera progressivement et à son initiative
  • Une aide à la déconnexion
  • Les statuts "occupé" ou "incognito" sur les réseaux sociaux.

Des concepteurs ont par exemple fait le jeu des 7 fonctionnalités pour un Facebook plus éthique. Parmi les idées proposées : des indicateurs de temps passé ; le regroupement, le filtrage ou la "mutification" temporaire des notifications ; l’intégration des niveaux de disponibilité au sein de la messagerie instantanée.

Enfin, le design graphique a bien entendu sa touche à apporter pour des interfaces plus sereines et visuellement apaisées lorsqu’il se revendique flat ou minimaliste. L’esprit minimaliste possède, en outre, la vertu d’être soluble dans le design durable.

Design durable

Un design durable au sens environnemental du terme cherche à optimiser l’usage des ressources, notamment énergétiques. Un site bien référencé (plus besoin d’écumer les Internets et faire chauffer les serveurs pour l’atteindre), avec une information bien architecturée donc facilement et rapidement accessible est un premier effort vers le design durable. Les professionnels de l’UX et UI sauront également alléger le poids des pages en n’apportant que les contenus nécessaires et en optimisant images et photos. L’exercice du mobile-first peut, à ce titre, être repris au profit du design durable.

De même que les concepteurs sont en mesure de proposer un site dont les contenus s’adapteront aux différents terminaux utilisés à commencer par le mobile, ils peuvent décliner ces mêmes pages en fond clair et fond sombre (Dark Mode) et laisser à l’utilisateur le choix d’opter aisément pour l’un ou l’autre. Le Dark Mode (qui fait son retour en force parmi les dernières tendances du design) est à privilégier pour atténuer la fatigue oculaire lorsque la luminosité est basse et pour atténuer l’épuisement des batteries.

Ces bonnes pratiques de conception une fois respectées par les professionnels de l’UX et de UI, il reviendra aux équipes de développement de poursuivre la chaîne du design durable en produisant un code "propre", à rechargement rapide. Enfin, si le site est hébergé par une compagnie dont les serveurs carburent aux énergies vertes, voilà un pas de plus pour la planète.

Amal Ali Ammar-Chatelus, Consultante UX

  • Partagez
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
Contactez-nous

SQLI PARIS - Siège social

SQLI Paris
166 rue Jules Guesde
92300 Levallois Perret
Tel : +33 (0)1 85 64 20 20

CA 2019 239me
32 agences sqli fdv